Petite nature

– Des Abris pour les insectes en milieu urbain –

Petite Nature, 2012​

​Ces objets composent un ensemble d’abris pour les insectes, chaque pièce présentant des caractéristiques spécifiques, encourageant la survie d’insectes différents. Abri de ponte, abri d’hivernation ou simple refuge, l’enjeu fonctionnel est de se mettre à la place de ces êtres minuscules, et d’imaginer des habitacles qui créent des conditions de vie favorables.

​Coccinelles, chrysopes, abeilles solitaires, perce-oreilles…sont autant de petits animaux qui maintiennent l’équilibre dans un écosystème. Il est important d’en garantir la présence dans un parc, même dans un simple jardin urbain. Cela passe par une valorisation des matériaux « pauvres »organiques (déchets verts : branches, tontes, pailles…) ou inorganiques (cailloux), qui sont disponibles sur place, dans tous les jardins.

​L’esthétique d’ensemble oscille entre le biomorphisme et l’artéfact, aussi permet une rencontre entre les humains et les animaux de la ville. Elle manifeste le désir d’aller vers l’inconnu, célèbre l’étrange et l’étranger. En effet ces pièces sont issues d’une réflexion globale sur la relation des citadins à la nature, dont elles rendent compte d’un fait ambigu : la nature fascine tout autant qu’elle répugne, à l’image des insectes.

Animer la biodiversité urbaine comme rurale, affirmer son existence dans la trame de la ville, sont peut-être devenues des conditions de notre propre survie.

Ce projet est exposé à l’espace 104 à Paris en Mars 2012 dans le cadre de l’exposition de l’Ensad ‘L’envers et l’endroit’.